Skip to navigation – Site map
Translations

Silences

Silences
Thomas Hardy
Translated by Françoise Baud and Eric Christen

Abstracts

The poem was published posthumously in Hardy’s last collection of verse Winter Words, which appeared in October 1928 (Macmillan & Co.), nine months after the poet’s death. Hardy had originally intended to have the collection appear in June of that year, on his ninetieth birthday.
The poem “Silences” had never been translated into French.

Top of page

Full text

  

               Silences

There is the silence of a copse or croft
           When the wind sinks dumb,
           And a belfry-loft
When the tenor after tolling stops its hum.

And there’s the silence of a lonely pond
           Where a man was drowned,
           Nor nigh nor yond
A newt, frog, toad, to make the merest sound.

But the rapt silence of an empty house
           Where oneself was born,
           Dwelt, held carouse
With friends, is of all silences most forlorn!

Past are remembered songs and music-strains
           Once audible there:
           Roof, rafters, panes
Look absent-thoughted, tranced, or locked in prayer.

It seems no power on earth can waken it
           Or rouse its rooms,
           Or its past permit
The present to stir a torpor like a tomb’s.

  

              Silences

  • 1 À l’origine, le beffroi est l’ouvrage de charpente destiné à soutenir et permettre de faire mouvoir (...)
  • 2 Tenor bell désigne la plus grande cloche du carillon, donc la plus basse (et non la plus aiguë), co (...)

Il y a le silence d’un taillis ou d’un enclos
           Quand le vent s’abat, muet,
           Et celui d’une chambre des cloches1
Quand, après avoir sonné, le bourdon2 cesse de vibrer.

Et il y a le silence d’un étang isolé
           Où un homme se noya,
           Auprès ou au loin
Nul triton, nulle grenouille, nul crapaud pour faire le moindre bruit.

Mais le silence profond d’une maison vide
           Où l’on est né,
           Où l’on a vécu, fait la fête
Avec des amis, est de tous les silences le plus poignant.

Passés sont les chants dont on se souvient et les musiques
           Qu’autrefois on pouvait entendre là :
           Toit, poutres, carreaux
Ont l’air absent, en transes, ou enfermés dans la prière.

Il semble que nul pouvoir sur terre ne peut l’éveiller
           Ou ranimer ses chambres,
           Ni que son passé ne permette
Au présent de secouer une torpeur pareille à celle d’une tombe.

Top of page

Notes

1 À l’origine, le beffroi est l’ouvrage de charpente destiné à soutenir et permettre de faire mouvoir les cloches d’un édifice, le plus souvent religieux. Aujourd’hui ce mot évoque plutôt une tour ancienne, contenant ou non des cloches, et généralement située au Nord de la France ou en Flandres. Pour Hardy, architecte spécialisé dans les édifices religieux anciens, le mot composé belfry-loft est clair. L’expression généralement employée par les carillonneurs est chambre des cloches, que nous avons adoptée.

2 Tenor bell désigne la plus grande cloche du carillon, donc la plus basse (et non la plus aiguë), communément appelée le bourdon.

Top of page

References

Electronic reference

Thomas Hardy, « Silences », FATHOM [Online], 2 | 2013, Online since 13 September 2013, connection on 23 June 2017. URL : http://fathom.revues.org/437 ; DOI : 10.4000/fathom.437

Top of page

About the author

Thomas Hardy

By this author

Top of page
  • Logo French Association for Thomas Hardy Studies
  • Les cahiers de Revues.org